Qui suis-je!

UNE DAME QUI A CHANGE LE COURS DE SA VIE GRACE A INTERNET!

Qui suis- je ?

Je suis Marthe Carine Donfack épse Njakou, Camerounaise, jeune femme de 29 ans vivant au Cameroun depuis 10 mois car bloquée par le covid 19, (j’ai décidé de profiter de ce séjour pour investir au Cameroun et participer à la lutte contre le chômage dans mon pays), et initialement installée en Angleterre où j’ai passé 4 ans, puis au Canada où je réside avec ma famille.
Je suis épouse et mère d’un petit garçon. Je me penche beaucoup sur les sujets comme l’indépendance financière, l’autonomisation de la femme, le développement de l’Afrique par le digital. J’aimerai voir le chômage diminuer considérablement dans mon pays le Cameroun.

Qu’est ce qui m’a poussé à travailler en ligne ?

J’ai passé des moments très difficiles en Angleterre. J’étais mère célibataire, sans avoir droit aux allocations familiales et survivant grâce à l’aide des associations. Il fallait que je trouve le moyen de m’en sortir.

C’est ainsi que j’ai commencé à faire des recherches sur Youtube et j’ai découvert que je pouvais travailler en ligne. Mes premières expériences consistaient à répondre aux publicités pour des marques et ce n’était pas lucratif du tout,

Progressivement j’ai découvert le Dropshipping et j’ai commencé mon business avec 3 produits. Je vendais d’abord en Europe car c’était plus facile d’y expédier les produits. J’ai donc commencé à gagner de l’argent par moi-même, pouvant ainsi offrir à mon fils ce dont il avait besoin sans toujours attendre de la charité. Du coup, je me suis dit : pourquoi ne pas aller plus loin et en faire une vraie source de revenus.

Comment je gagne mon argent en ligne ?

Nous avons mis sur pieds au moins 3 sources de revenus en ligne en 3 ans :

La première c’est effectivement le Dropshipping qui consiste à vendre des produits qui ne sont pas en ma possession à des clients que je rencontre en ligne et qui me font confiance.

La deuxième c’est le e-commerce proprement dit, qui est toujours la vente des produits mais la différence avec le Dropshipping c’est que nous avons des stocks sur place qui nous permettent de vite servir nos clients.

La troisième ce sont les consultations et formations en ligne. Chaque mois, nous formons au moins 80 personnes en ligne dans les métiers du digital, sans compter en plus des formations en présentiel dans le Campus Marthe Carine  à Douala

La quatrième c’est Youtube! Oui Youtube est une source de revenu , qui  rapporte en moyenne 2200 euros par mois.

Comment mes travaux ont impactés les jeunes pendant la période covid 19?

A nos jours j’ai créé trois entreprises, une en Angleterre: MARTHE CARINE LTD, une au Canada: MC INVESTMENT GROUP INC et enfin MC GROUP SARL au Cameroun car il y avait un réel besoin de lutte contre le chômage, en période de février 2019.

Nous employons 20 personnes à travers le monde que nous payons chaque mois. ​Nos employés travaillent en présentiel et en ligne, à cause des mesures de distanciation, nous avons vraiment développé le télé-travail afin de garder nos équipes.

Nous formons au moins 80 personnes par mois. Plus de 100 personnes ont créé leurs  entreprises qui sont actives en 2019 grâce à nos accompagnements.

Nous avons aidé près de 8 personnes (au Cameroun, Côte d’Ivoire, Bénin) ​à mettre en place de nouveaux métiers en Afrique qui marchent très bien ; il s’agit des métiers d’agent logistique ou de transitaire e-commerce ( tels que BIBO EXPRESS, Partenaires Services, Selomin Logistic etc..) Ils aident chaque jour les e-entrepreneurs de la diaspora à développer leurs activités sur le continents

Nous avons mis sur pieds un centre de formation à Douala au Cameroun avec les méthodes d’apprentissage pratiques pour former les jeunes aux métiers du digital tel que : Community managers, marketeurs digitaux, free lance en automatisation de business en ligne. Nos étudiants, sont formés selon le standard international puisqu’ils font des stages de fin formation rémunérés auprès de nos partenaires internationaux.

Nous avons un programme de lutte contre la pauvreté en Afrique qui consiste à permettre à chaque ​femme de commencer un commerce avec 50.000FCFA et de l’accompagner jusqu’à son 1er million. En 4 mois, 160 personnes ont souscrit à ce programme, et nous les accompagnons chaque jour avec des coaching, formation chaque vendredi, et beaucoup avancent très bien en faisant des ventes de 100.000FCFA par semaine. Beaucoup parmi ces femmes étaient des parfaites femmes de ménage sans revenus, elles sont aujourd’hui des femmes d’affaire ambitieuses.

Nous avons d’autres programmes qui vont se mettre en place en 2021, notamment le programme de dropshipping qui va permettre aux femmes qui sont en Afrique de vendre en Europe et celles qui sont en Europe de vendre en Afrique en utilisant nos locaux et nos services.

Cette année, je suis au Cameroun pour aider les jeunes et particulièrement les femmes à avoir les bases pour construire un commerce en ligne et les soutenir dans ce chemin afin qu’elles soient financièrement indépendantes. Je pense que quand tu apprends à une femme à pêcher sa maison mangera pendant des générations.

Pourquoi je pense que les africains doivent se lancer en ligne ?

Personnellement, depuis 3 ans je fais des recherches sur le développement de l’Afrique, les problématiques comme la lutte contre la pauvreté, la réduction du chômage. Je me suis rendue compte que le monde en ligne serait une aubaine pour l’Afrique comme il l’a été pour la Chine il ya 20 ans. Voiçi les points sur lesquels je m’appuis:

Un grand marché de consommation ouvert

L’Afrique est un continent de plus de 1 milliard de personnes qui représentent un grand marché de consommation. Mais ce marché n’est pas vraiment exploité. Premièrement, nous même ne produisons pas assez pour ravitailler notre marché, Deuxièmement, ce sont les étrangers qui viennent encore se faire du beurre dans notre marché en écoulant leurs produits.

Le talent Africain

Les Africains sont très talentueux et ont la capacité de résoudre les problèmes techniques qui se présentent à eux par rapport au digital. Cependant beaucoup sont ignorants de cette opportunité et sont peu encouragés.

C’est la raison pour laquelle ceux qui ont vu l’opportunité doivent sensibiliser les autres.

Nous pouvons créer notre propre Amazon, EBay, solution de paiement comme PayPal, Stripe, réformer notre système de logistique etc…

Il y’a 20 ans le niveau de la Chine était médiocre, cependant ils se sont battus pour occuper une place de choix dans le e-commerce en Asie et partout dans le monde.

L’Afrique c’est le présent et le futur du e-commerce.

Nous avons encore la main d’œuvre abordable en Afrique, la matière première accessible et un marché inexploité.

Le travail à faire est juste au niveau des mentalités, trouver le moyen de convaincre les populations de faire leurs achats en ligne, proposer les produits et services en ligne, utiliser des cartes de paiement en ligne.

Lutter contre la pauvreté

Selon le magazine populaire Forbes, des milliers de jeunes sont devenus millionnaires grâce à internet ces 5 dernières années. Je pense fermement que nous pouvons aussi avoir ces résultats en Afrique si les choses sont bien faites.

En encourageant les jeunes à être des e-entrepreneurs, entrepreneurs du digital, ou simplement à utiliser le digital ils apprendront à se hisser aux standards internationaux afin d’écouler les produits fabriqués sur place. Ils pourront aussi faire des échanges constructifs avec les autres marchés internationaux et gagner de l’argent.

En ayant une présence en ligne, les revenus des entrepreneurs vont considérablement augmenter, ils pourront valablement payer les impôts ce qui va aussi profiter à nos pays.

Plus de visibilité

Grâce à internet la visibilité n’est plus l’affaire des riches qui peuvent payer la publicité à des chaînes de télé. De nos jours, quelqu’un peut à travers une page Facebook vendre ses produits à travers le monde entier, choisir ses clients.

Mon Expérience

5
Années d'expérience dans le E-Commerce
1000
E-Commerçants formés
50
Conférences et Meet-up